Accueil Odyssée POLYPHÈME LE CYCLOPE

Odyssée, chant 9 :

De  là, nous arrivons au pays des yeux ronds, brutes sans foi ni loi, qui, dans les immortels ont tant de confiance, qu'ils ne font de leurs mains ni plants ni labourages....
au devant de leur port, ni trop près ni trop loin de cette Cyclopie, s'offre l'île petite.....
C'est là que nous entrons : un dieu nous pilotait....
et les dieux nous octroient une si belle chasse que mes douze vaisseaux ont chacun leurs neuf chèvres.


Ulysse prisonnier de Polyphème (F')


Après avoir quitté le pays des Lotophages, Ulysse arrive sur une petite île proche du pays des Cyclopes. Le port est idéalement abrité et l'île est très giboyeuse.  Après une chasse fructueuse Ulysse laisse ses compagnons festoyer et se reposer, tandis qu'avec son seul navire et son équipage, il va essayer de se renseigner sur les mœurs de ces fameux cyclopes.

En faisant le tour de l'île, ils trouvent une grande caverne qui sert d'étable à de nombreux troupeaux de brebis et de chèvres. Avec 12 de ses meilleurs hommes, et l'outre de vin d'Ismaros, il pénètre dans la grotte en l'absence du Cyclope Polyphème et l'attendent.
Lorsque celui-ci revient, il est furieux et attaque les marins.  Il en dévore 6 avant de s'endormir saoulé par le vin d'Ismaros apporté par Ulysse. 
Ulysse en profite pour lui crever l'œil à l'aide d'un pieu durci au feu, puis lui et ses six compagnons s'enfuient en s'attachant sous des béliers pour échapper à Polyphème.

Lorsqu'ils ont regagné leurs bateaux,  Ulysse en colère crie à Polyphème son véritable nom, et de ce fait, attire sur lui la colère de Poséidon, père de Polyphème. Désormais le dieu de la mer mettra tout en oeuvre pour empêcher Ulysse et ses compagnons de revoir leur patrie. 
 

Site précédent

Retour Odyssée

Site suivant