Accueil Odyssée ISMAROS

Odyssée chant 9 :

En partant de Troie, le vent qui nous portait nous mis sous l'Ismaros, au pays des Cicones. Là, je pillai la ville et tuai les guerriers et lorsque sous les murs on partagea les femmes et le tas de richesses, je fis si bien les lots que personne en partant n'eut pour moi  de reproches.
Alors j'aurais voulu que nous songions à fuir du pied le plus rapide, mais ces fous refusèrent.......
Cependant qu'à grands cris nos Cicones couraient appeler leurs voisins.....
Zeus pour notre malheur, nous mettait sous le coup du plus triste destin; quelle charge de maux.....
Les Cicones vainqueurs rompent mes Achéens et six hommes guêtrés succombent sans pouvoir regagner leur navire ; nous autres nous fuyons le trépas et le sort.

Fuite devant les Cicones (F')

Première étape :

En quittant Troie, Ulysse, au lieu de suivre les onze autres escadres qui retournaient chez eux, voulut faire un peu de pillage avant de rentrer (c'était, sans doute, la forme archaïque du tourisme) .
Il partit vers le nord avec son escadre et aborda à Ismaros, ville des Cicones ( en Thrace).  Là ils pillèrent la ville, tuant sans vergogne et capturant les femmes. Seul, un prêtre d'Apollon, Maron et son épouse furent protégés par Ulysse lors du pillage d'Ismaros. Mais tandis qu'ils ripaillaient sur la plage, une contre offensive s'organisa et les força à rembarquer après avoir subi des pertes importantes.

Ils s'enfuirent avec, dans les cales des navires, le vin d'Ismaros donné par Maron pour les remercier de l'avoir épargné. Ce vin leur sera bien utile plus tard, pour échapper à Polyphème le cyclope.
Mais sitôt en mer, Zeus déclenche un borée (vent du nord) aux hurlements d'enfer, qui leur déchire les voiles et les oblige à se mettre à l'abri pendant deux jours et deux nuits.
Ils repartent le troisième jour, et sont en train de contourner le Péloponnèse, quand au cap Malée, un vent du nord leur bloque le passage....

 

Site précédent

Retour Odyssée

Site suivant