Accueil Odyssée CHARYBDE & SCYLLA

  
Odyssée, chant 12:

L'île (des sirènes) disparaît. Mais soudain j'aperçois la fumée d'un grand flot dont j'entends les coups sourds. La peur saisit mes gens.   
...Pilote, à toi mes ordres : tache d'y bien penser puisqu'à bord du vaisseau c'est toi qui tient la barre. Tu vois cette fumée et ce flot : passe au large et prends garde à l'écueil ! Si gagnant à la main le navire y courait, c'est à la male mort que tu nous jetterais.
...Nous entrons dans la passe et voguons angoissés. Nous avons d'un coté la divine Charybde et de l'autre Scylla.
...Mais tandis que nos yeux regardaient vers Charybde d'où nous craignions la mort, Scylla nous enlevait dans le creux du navire six compagnons.


De Charybde en Scylla (F')

Le danger des sirènes à peine passé sans encombre, qu'ils entendent déjà le grondement de Charybde...
"Le gouffre profond qui engloutit et rejette l'eau noire et les vaisseaux qu'elle porte."

Dans l'étroit passage se trouvent, d'un coté Charybde, un tourbillon qui engloutit les bateaux qui s'en approchent trop, et de l'autre Scylla, un monstre à plusieurs têtes, sorte d'hydre de Lerne qui, réfugié au fond d'une caverne, ne sort ses six têtes que pour attraper et manger les marins des bateaux imprudents.
Si bien que pour éviter Charybde, on se précipite dans "les bras" de Scylla.

Ulysse n'échappe pas à la règle, et malgré les avertissements de Circé, s'approche trop de l'antre de Scylla et perd six de ses marins. Ceux-ci seront dévorés vivants, devant Ulysse et ses compagnons, à présent hors de portée du monstre, mais horrifiés du spectacle.
Ne pouvant plus rien faire pour les sauver, ils s'éloignent le plus vite possible de la passe et sont rapidement en vue de l'île du roi soleil....
  

Site précédent

Retour Odyssée

Site suivant