Accueil Mythologie HADÈS (Pluton)

  
Le jeune homme et la mort

Le long des marbres noirs et des sombres portiques,
Bordant du pâle Hadès les quais silencieux,
L'éphèbe éblouissant et l'espoir dans les yeux
Descend d'un pas léger les trois degrés mystiques.

Fort de la calme foi des calmes temps antiques,
Il sait que chez les morts, séjours mystérieux,
Le héros chaste et nu trouve sous d'autres cieux
Les palmes de la stade et les disques rustiques.

Aussi la mort pour lui fut douce et passagère ;
Et tandis qu'il descend, comme une ombre légère
La déesse fatale au front pur et voilé

Voltigé en l'effleurant du souffle de sa robe.
Et, blanche, lui sourit sous son voile enroulé,
Dont un pli virginal et tremblant la dérobe.

Jean Lorrain
  


Ses attributs sont la corne d'abondance et le casque invisible

A sa naissance Hadès, comme ses frères et sœurs, avait été avalé par son père Cronos. Lorsque grâce à Zeus, il fut recraché, il participa auprès de Zeus à la Titanomachie, pour renverser son père. C'est à ce moment que les Cyclopes lui donnèrent un casque d'invisibilité pour l'aider dans le combat. Ce casque allait lui valoir son nom. (Hadès = l'invisible)

Après la Titanomachie et la Gigantomachie, qui ont définitivement scellé le sort des dieux anciens (les primordiaux et les Ouraniens), lors du partage de l'univers Hadès se voit attribuer par tirage au sort, le monde inférieur, le Tartare. (Zeus obtînt les cieux et Poséidon les mers et les océans)

Bien que régnant sur le royaume des morts, il n'est pas assimilé à la mort, (qui est Thanatos), mais au lieu même des Enfers (On parle de l'enfer ou de l'Hadès pour désigner le monde souterrain). Gardien du Tartare, il en surveille jalousement la sortie.
Représenté assis sur un trône, avec à ses cotés Cerbère le chien à trois têtes, Il est un dieu impitoyable. 
Assisté des divinités infernales (Charon, Perséphone, Cerbère) il veille à ce que le voyage dans le monde souterrain soit un aller sans retour. Les étapes que les âmes des morts franchissent pour descendre au Tartare sont autant de "clapets" qui ne fonctionnent que dans un seul sens, et rares sont ceux qui auront le privilège d'y aller en visite et d'en ressortir indemnes. Seuls Orphée, Ulysse et Héraclès et Psyché y parviendront, mais pas sans mal. Orphée y abandonnera Eurydice et Psyché mourra à la sortie, tous deux victimes de leur curiosité.

Mais la terreur qu'inspire Hadès est contrebalancée par Perséphone qui commande le cycle des saisons. Grâce à elle, les hommes savent que la mort est un mal nécessaire au cycle de la vie. Elle est le terreau indispensable à la fertilité des prochaines moissons.
De ce fait, Hadès (appelé aussi Plouton : qui apporte la richesse) est aussi invoqué par les paysans qui le représentent avec une corne d'abondance dans une main et un araire dans l'autre.

Il ne quitte pratiquement jamais le monde souterrain et d'ailleurs,  bien que respecté et honoré, sa venue à l'extérieur n'est souhaitée par personne. Sa sortie la plus connue est lorsque secrètement amoureux de Perséphone, il entrouvre la terre et en sort devant elle, pour l'emmener aux Enfers et en faire son épouse.

Son union avec Perséphone sera stérile.