Accueil Mythologie ÉROS (Cupidon)

 

 

Sœur de Phébus charmante

Sœur de Phébus charmante,
Qui veilles sur les flots, je pleure et je lamente,
Et je me suis meurtri avec mes propres traits.
Qu'avais-je à m'enquérir d'Éros, fils de la terre !
Éros, fils de Vénus, me possède à jamais.

Jean Moréas


Eros (F')

Cupidon par BOUGUEREAU

Éros, le désir originel, et l'Éros dieu de l'amour, plus proche du Cupidon latin doivent être perçus comme deux entités différentes.

- Le premier, selon la cosmogonie orphique, est une force fondamentale issue du chaos primitif, qui domine le monde avant même l'apparition des dieux et des hommes et qui, en  assurant l'union et la complémentarité des parties dissemblables permet à l'univers de prendre forme.
Son pouvoir de cohésion s'étend à tout ce qui peut exister : aux dieux, aux humains, aux animaux, aux plantes, aux roches etc... En cela, il est assez proche des forces physiques qui régissent le cosmos, et n'a pas de représentation anthropomorphique.

- Il est tout à fait différent de l'Éros d'une théogonie plus récente, plus proche du "cupidon" romain, qui est l'enfant qu'Aphrodite aurait eu avec Hermès ou Arès
Celui-ci est représenté comme un enfant ailé qui inspire les passions parmi les dieux ou les humains. Avec ses flèches, il peut provoquer chez autrui le désir ou le rejet (les flèches sont alors plombées). 
Au sein de l'Olympe ou parmi les hommes nul ne peut résister à son pouvoir. Il en use et abuse au gré de ses fantaisies.
Lorsque de ses flèches, il perce le cœur d'un être humain, aussitôt celui-ci tombe amoureux de la première personne qu'il voit. Mais Éros peut lui même tomber amoureux. Ainsi lorsqu'il voit Psyché endormie attendant le démon il en tombe amoureux, et après bien des péripéties l'emmène sur l'Olympe où il l'épouse devant tous les dieux. (voir Éros et Psyché)

Il représente l'union et l'amour et s'oppose à Eris qui représente la querelle et la haine.

De leur union naquit une fille ; Volupté