HEINRICH SCHLIEMANN

Heinrich Schliemann, riche autodidacte allemand, consacre sa fortune dés  1868 à démontrer que la civilisation décrite par Homère dans L’Iliade et L’Odyssée a réellement existé. 
Sa quête le mène à Ithaque, sur les traces d’Ulysse, puis en 1870 à Hissarlik, sur la rive asiatique des Dardanelles, où il découvre le site de la ville de Troie et ce qu'il prend pour  le légendaire trésor de Priam. 
À partir de 1874, Heinrich Schliemann entreprend des fouilles à Mycènes où il trouve ce qu'il pense être le tombeau et le trésor des Atrides. La plus célèbre pièce est le masque d'Agamemnon (ci-dessous) .
En fait, ce qu'il trouve est antérieur à la génération d’Agamemnon.

Heinrich Schliemann continue ses recherches à Orchomène, à Tirynthe et en Argolide, toujours sur les traces des récits mythologiques.

Schliemann a fait reculer les limites historiques de la civilisation Grecque de 800 av JC à 2500 av JC.



Heinrich Schliemann


Sophie Schliemann portant les bijoux d'Hélène

Le trésor de Priam découvert par Schliemann était constitué en partie de bijoux.
Schliemann fait porter à sa femme (ci contre) les bijoux d'Hélène, puis fait secrètement transporter le trésor à Athènes avant de l'offrir à l'Allemagne.
La Turquie intenta un procès, mais ne récupéra jamais le trésor, qui fut exposé au musée de Berlin.

Il est maintenant la propriété des Russes qui l'ont récupéré comme butin de guerre à Berlin en 1945.


Le masque d'Agamemnon
(Mycènes)