LES EXPRESSIONS FRANÇAISES TIRÉES DE LA MYTHOLOGIE GRECQUE

 

L'âge d'or

  
C'est en premier lieu, un âge ou les dieux descendaient souvent de l'olympe. Ils n'hésitaient pas à se mêler aux humains.  Après que Zeus eut chassé Cronos et pacifié l'olympe, les hommes étaient heureux, n'étaient jamais malades et ne vieillissaient pas. Ils n'avaient pas à travailler. Le sol fécond produisait de lui-même une abondante et généreuse récolte. Dans les fleuves coulaient le lait et le miel. C'était l'âge d'or.
( Une réminiscence du paradis perdu que l'on confond de nos jours avec Disney land... On a les références qu'on mérite )

  
La boîte de Pandore

  
Pandore
était la première femme, créée par Héphaïstos sur la demande de Zeus. Zeus remit à Pandore une boîte en lui demandant de ne pas l'ouvrir. Elle contenait tous les maux du monde et un seul bien; l'espérance. Pandore ne put résister à sa curiosité, et lorsqu'elle ouvrit la boîte, tous les maux, les guerres les maladies les querelles et les malheurs s'en échappèrent et se répandirent sur terre. Affolée, Pandore referma la boîte le plus vite possible, mais il était trop tard. Seule l'espérance resta au fond de la boîte.
Au bout de quelques temps, l'espérance demanda à sortir elle aussi afin de consoler les hommes.
( Et personne n'a pensé à y enfermer Pandore ? )

 

Le bonnet Phrygien

  
Midas
roi de Phrygie, fut affublé d'oreilles d'âne par Apollon, pour avoir osé rendre un jugement qui ne lui était pas favorable.
Afin de masquer cette disgrâce, il les cacha sous un bonnet conique maintenu par deux bandeaux. Le célèbre bonnet Phrygien, qui agrémenté d'une cocarde tricolore, allait faire le bonheur de nos révolutionnaires quelques siècles plus tard, était né !

  

 Les Champs-Élysées

  
Région paradisiaque des Enfers réservée au séjour des âmes légères. En opposition au Tartare réservé aux âmes chargées.( Équivalent au paradis Chrétien )
( De nos jours, région infernale où il est impossible de trouver un bistrot servant un café à moins de dix euros. )

  

La corne d'abondance

  
Zeus, envoyé dès sa naissance en Crète sur le mont Ida par sa mère Rhéa, pour le sauver de la voracité de son père Cronos, était nourri par la chèvre Amalthée qui lui donnait de son lait et jouait avec lui. Un jour, Zeus en s'amusant lui arracha involontairement une corne.
Plus tard, lorsqu'il devint maître de l'Olympe, pour se faire pardonner sa maladresse, il fit sortir à profusion et à volonté des fleurs et des fruits de cette corne cassée, et l'offrit aux nymphes du mont Ida, pour les remercier de s'être bien occupé de lui.
(elles auraient préféré de la bière et des sandwiches mais n'osèrent pas décevoir Zeus)
Quand à la chèvre Amalthée, il la transforma en constellation et la plaça sur la voûte céleste.

 
L'épée de Damoclès

  
Damoclès jalousait sans cesse et en public, le bonheur de Denys, tyran de Syracuse.
Excédé, Denys l'invita un jour à un banquet, lui fit revêtir des habits royaux et lui fit servir les mets les plus raffinés, entouré des plus jolies filles qui lui prodiguaient mille caresses.
Damoclès était enchanté et profitait avec bonheur de tous ces avantages lorsque Denys lui demanda de regarder au dessus de lui.
Damoclès vit alors avec terreur une lourde épée nue pointée sur sa tête et suspendue par un unique et fragile crin de cheval.
Voila, lui dit Denys, le revers de la médaille. J'ai quelques avantages mais ne peux en jouir sans méfiance. Je dois toujours être sur mes gardes et me méfier de tout.
Damoclès comprit aussitôt la parabole.

  

Être médusé

  
L'expression signifie en Français courant "être frappé de stupeur, être pétrifié", comme l'étaient ceux qui osaient braver le regard de la gorgone Méduse.
Méduse, une des trois gorgones ( monstres fabuleux ayant des serpents en guise de chevelure), était au début de sa vie d'une grande beauté.
Poséidon la trouvant à son goût, l'enleva et la déposa dans le temple d'Athéna, qui se sentant outragée et jalouse se vengea en la transformant en gorgone.
Ses cheveux étaient des serpents vivants et elle avait le pouvoir de pétrifier du regard tous ceux qui osaient la regarder en face. Seul Persée parvint à la vaincre en la décapitant, se servant de son bouclier d'airain comme d'un miroir pour éviter de la regarder.

   
L'hécatombe

  
Pendant les Panathénées, fête annuelle donnée sur l'Acropole d'Athènes qui durait entre 6 et 9 jours, on offrait un immense sacrifice de cent bœufs, l'hécatombeion, (ou l'on retrouve le préfixe "hecato", qui deviendra hecto(cent) en Français) en l'honneur de la protectrice de la cité, la déesse Athéna. 

 

La mégère

  
Mégère est une des trois Érinyes, déesses primitives qui ne reconnaissent que leurs propres lois. On les représente coiffées de serpents et armées de fouets. Elles tourmentent leurs victimes éternellement. Il y a : Mégère (la jalouse), Tisiphone (la vengeresse) et Alecto (l'implacable)

  
La pomme de discorde

  
Eris déesse de la discorde, vexée de ne pas avoir été invitée au mariage de Pelée et Thétis, où étaient invités tous les autres dieux et déesses, jeta discrètement au milieu de l'assemblée une pomme sur laquelle était écrit : "à la plus belle". Aphrodite, Athéna et Héra se la disputèrent, chacune étant persuadée d'être la seule à la mériter.

 
Le talon d'Achille

  
Thétis, une des Néréides, plongea son nouveau-né Achille (qui se rendra célèbre lors de la guerre de Troie) dans le Styx, pour le rendre invulnérable.
Son seul point faible était le talon par lequel elle l'avait tenu et qui n'avait pas été mouillé par l'eau du Styx. Achille mourra d'une flèche reçue dans le talon.

 
Toucher le Pactole

  
Midas roi de Phrygie, était cupide et obsédé par l'or.
Afin de satisfaire cette obsession, il ordonna une grande fête en l'honneur de Dionysos.
Celui-ci, pour le remercier de la qualité de cette "dionysiaque" lui permet de formuler un vœu.
Midas lui demanda : "Fais que tout ce que je touche se transforme en or". Dionysos, une étincelle dans l'œil, exauça son vœu.
Dès lors, tout ce que touchait Midas se transformait en or. Les pierres, la terre, les épis, les fruits etc... Après un moment d'euphorie, il ne tarda pas à se rendre compte de l'inconvénient de ce don.
Il ne pouvait plus ni manger ni boire; Les aliments et l'eau qu'il touchait se transformaient immédiatement en or .
Il ne pouvait plus caresser ses enfants , ils se changeraient immédiatement en statues dorées ... etc...
Comprenant son erreur il pria Dionysos de le délivrer de ce sinistre don. Le dieu lui dit alors qu'il n'y avait qu'un moyen pour lui de se débarrasser de ce fardeau, c'était de se baigner dans le fleuve Pactole.
Midas s'y baigna de longues heures et fut délivré du don. Depuis ce jour, le fleuve Pactole charrie des paillettes d'or.