Accueil Odyssée BODRUM

  
Le 23 mai à 13h30, nous nous amarrons au quai de la marina de Bodrum.

Ce matin, nous avons fait un beau départ sous voile de Kalymnos, sous petite brise de Nord, mais le vent est tombé après seulement quelques miles, nous obligeant à mettre le moteur en route pour profiter de la brise Indenor, lorsqu'un bruit assez désagréable nous avertit de l'imminence d'un emmerdement majeur.
A l'arrière, au niveau de l'étambot, ça vibrait et ça tapait de manière fort inquiétante. Cela me rappellait les problèmes de Porto Heli, en Grèce.
Vérification faite, l'arbre d'hélice vibrait beaucoup. Probablement, la retenue de la bague hydrolube qui s'était dévissée  de nouveau.
J'ai arrêté immédiatement le moteur pour ne pas aggraver la situation, et nous avons continué sous voile à un train de sénateur.



Bodrum, le port et le château st Pierre

D'après les bateaux croisés ces derniers jours dans les cyclades, nous  trouverons facilement à Bodrum un chantier pour sortir le bateau et réparer définitivement ce problème. 
Lorsque nous arrivons dans le port, nous
nous amarrons dans la marina afin d'être plus à l'aise pour faire les démarches administratives et chercher un chantier.
Le port est une grande baie naturelle fermée par une digue et emplie de caïques de toutes tailles. La marina est dans la partie Ouest et toutes les démarches administratives se font dans les environs du château St Pierre (construit par les croisés) qui est à l'opposé du port.
Bien entendu, les autorités ne vous donnent pas la liste de toutes les démarches à faire; Elles préfèrent vous les donner une après l'autre, vous obligeant ainsi à faire plusieurs allers/retours inutiles sous le soleil...

Autant dire que je suis plutôt d'humeur maussade quand après avoir fait plusieurs va et vient sous l'œil goguenard des autorités portuaires, on me demande en fin de compte d'amener mon bateau devant le quai de la douane (donc à proximité des bâtiments administratifs) pour la dernière formalité de visite du bateau...
S'ils nous avaient demandé ça au début, nous aurions évité de passer l'après-midi à courir sous le soleil avec Coralie dans les bras, mais ils se seraient forcement moins divertis à nos dépens.
Prétextant la panne de moteur, je refuse d'obtempérer et leur propose de venir visiter le bateau à la marina. Bien entendu ils refusent de se déplacer et le climat se dégrade franchement. Le grand chef arrive, me dit dans un anglais encore plus approximatif que le mien, sur un ton chargé de menace que j'ai tout intérêt à amener le bateau sans discuter.
C'est alors que je décide d'utiliser mon arme secrète (absolument interdite par la convention de Genève, mais la fin justifie les moyens).  Je lâche Coralie dans les bureaux en l'encourageant à courir de partout et toucher à tout. Ca ne fait pas un pli, complètement terrifiés par notre avance technologique en matière d'armement psychologique, ils nous signent enfin notre transit-log et ne viennent même pas contrôler le bateau. 

Enfin tranquilles.
Nous profitons de notre séjour à Bodrum pour visiter la ville et nous renseigner sur les possibilités pour sortir notre bateau.

Bodrum l'ancienne Halicarnasse, était réputée pour avoir abrité l'une des sept merveilles du monde ; Le gigantesque tombeau du roi Mausole. Malheureusement il ne reste aujourd'hui qu'un grand trou au milieu de la ville. Les pierres restantes du mausolée ont servi aux chevaliers des croisades pour bâtir le château St Pierre.... Rien ne se perd, rien ne se crée tout se transforme. 

Nous finissons par trouver, dans la banlieue est de Bodrum, un chantier qui accepte de nous sortir le bateau pour un prix convenable.
Nous y resterons une semaine et en profiterons pour faire le carénage sur la plage. 
Derrière nous, au milieu des oliviers, d'autres chantiers construisent les célèbres "gulets". Nous avons pu assister à la mise à l'eau de l'une d'entre elles. C'est vraiment fait à "l'Égyptienne" sans grands moyens techniques mais avec beaucoup de monde et d'ingéniosité. Mais tous les chantiers n'utilisent pas du bois de 1ere catégorie, loin s'en faut. voir vidéo (2.1Mo)
Pendant le transport, des pâtisseries et des boissons étaient offertes gracieusement aux nombreux spectateurs par le propriétaire du bateau. (autres temps, autres mœurs)


le mausolée d'Halicarnasse

Une semaine plus tard notre bateau tout propre et tout réparé était remis à l'eau et 
  Le 1er juin à 10h00 nous mettions le cap vers le fond du golfe, sur l'île Sehir via la baie de Cokertme.

Les petits bricolages de l'escale

Réparation de la bague hydrolube, carénage, réparation alternateur d'hélice.

précédent

Retour carte générale

Suivant