Accueil Odyssée LEFKAS

  
Lefkas est pressentie par  Tim Séverin (et par lui seul), comme étant le théâtre possible de l'épisode des sirènes et de Charybde et Scylla.

Nous entrons dans la passe et voguons angoissés. Nous avons d'un coté la divine Charybde et de l'autre Scylla.
...Mais tandis que nos yeux regardaient vers Charybde d'où nous craignions la mort, Scylla nous enlevait dans le creux du navire six compagnons.


Pour les sirènes, on ne trouve dans l'Odyssée aucun détail géographique permettant d'en situer le lieu. Ce n'est que par déduction que l'on peut les situer entre l'île de Circé et Charybde et Scylla. (mais très proche de charybde et scylla, puisqu'à peine passées les sirènes, l'équipage entend déjà le grondement de Charybde)


Le chant des sirènes envoûtant Ulysse.


Passage entre l'île (vert foncé) et le continent (vert clair).

Pour Tim Séverin, le nord de l'île de Lefkas correspond bien aux descriptions d'Homère. Il se situe à la bonne distance de l'Achéron et de Paxos, l'île de Circé (en temps de navigation). 
On y trouve à moins de 5 Milles les rochers des sirènes et le passage entre Charybde et Scylla. 
De plus, sur la côte ouest de Lefkas, deux rochers se faisant face en mer, sont identifiés par lui comme les roches vacillantes. Le choix, pour un navigateur venant du nord se pose dans les mêmes termes que dans l'Odyssée :  Soit passer à l'ouest de l'île et aller vers les roches vacillantes, soit faire le choix d'Ulysse, et passer entre l'île et le continent avec les dangers que représentent ces marécages.

Les rochers des sirènes, d'après Séverin, se trouveraient à présent sur la langue de terre qui borde la lagune au nord de l'île. Au fil du temps, l'ensablement de cette côte basse a fini par relier à l'île ces rochers qui en étaient éloignées à l'âge du bronze. 

Charybde et Scylla : De nos jours, le passage entre l'île et le continent se fait par un chenal dragué régulièrement sur une distance de 5 à 6 M. Mais à l'époque, le passage existait déjà à l'état naturel et était produit par un effet de chasse d'eau dû à la marée. Bien entendu il n'était pas rectiligne et changeait souvent de parcours, créant des cuvettes dans lesquelles naissaient des tourbillons. 
Contrairement au chenal moderne, ces chenaux passaient le plus souvent au ras de la côte continentale où se trouve encore de nos jours, à une hauteur d'environ cinquante mètres, une grotte qui aurait été l'antre de Scylla.


chenaux naturels vus de la grotte de Scylla

Compte tenu de la configuration "étroite" des lieux, Il est beaucoup plus facile d'imaginer ici l'épisode de Charybde et Scylla plutôt, que dans le détroit de Messine, dont la largeur de plus de 2M (4 km) à son endroit le plus étroit ne correspond pas du tout à la description d'Homère.

(Pour Wilhem Dorpfeld,  archéologue du début du 20eme siècle, Lefkas serait la véritable Ithaque d'Homère, et la baie de Sivota dans le sud de l'île, l'endroit où les Phéaciens auraient débarqué Ulysse.)

Étape précédente

Retour à la carte

Étape suivante