Accueil Odyssée VULCANO


Après une escale sans intérêt à Capo d'Orlando, 

Nous arrivons le 15 septembre à 12h30 à Vulcano, dans la baie du ponant. 
Le mouillage y est bien protégé, mais le soir le vent tourne à l'ouest et nous sommes obligés de contourner la presqu'île de vulcanello pour aller au mouillage du levant .
(voir vidéo  2.6 M)

Je retrouve avec plaisir cette île au décor dantesque. Le port du levant est dominé de 400 m par le volcan fumant. Dans le mouillage, des bulles d'air viennent crever la surface libérant une  odeur d'œuf pourri due à l'activité volcanique, et sur la plage l'eau est blanchie par ce bouillonnement incessant. Lorsqu'on s'assoit dans l'eau, les bulles nous remontent le long du corps, et quelquefois une émanation plus chaude nous fait sortir rapidement de l'eau de peur de finir comme un homard. 


 

Devant le port, un immense rocher tout jaune, le Faraglione, d'une cinquantaine de mètres de hauteur crache par des dizaines de trous les vapeurs de souffre qui l'ont formé.
Derrière ce rocher de souffre un petit lac naturel de boue blanchâtre et fumante vient crever en surface ses bulles épaisses pour la plus grande joie des "curistes" qui y sont immergés jusqu'au cou. Un peu plus loin, derrière un muret qui en délimite la surface, des sortes de "champs Phlégréens" exhalent par des fumerolles leurs vapeurs nauséabondes dans les serviettes que des curistes agenouillés se laissent retomber de chaque coté de la tête afin de ne pas perdre une seule molécule de ce philtre diabolique.

 
Dans le détroit qui sépare Lipari de Vulcano, on peut voir des aiguilles de pierre émerger de plus de vingt mètres par des fonds supérieurs à 100m. Elles sont arrivées là à la fin du 19ème siècle, lors de la dernière grosse éruption du volcan, 
Partout la puissance de la nature donne toute sa démesure. L'impression d'assister à la création du monde, de voir le chantier originel, saisit le visiteur.
Dans le mouillage du levant les fonds plongent rapidement et il est difficile de trouver une place où l'on peut mouiller par moins de 15m . Sur la partie nord du mouillage, un haut fond non signalé sur les cartes piège dans l'après-midi, un superbe Swann Danois de 20m, qui vient s'y coucher dessus. 

Heureusement pour eux, la mer est d'huile. Lorsque je vais avec mon annexe leur proposer de mouiller leur ancre plus loin pour qu'ils puissent se déhaler dessus, ils refusent de me la  confier de peur que je la leur vole....
Je les laisse donc se démerder et retourne à mon bateau ... Il y a quelque chose de pourri au royaume du Danemark...
Le 16 septembre nous allons à Lipari. Nous mouillons au quai devant la ville. il n'est pas protégé de l'ouest, mais le vent est au NE avec une petite pluie fine. Nous allons faire un tour dans la ville, quand tout à coup le vent tourne à l'ouest et se met à forcir. nous revenons en courant au bateau, où la houle commence à se faire sentir. Nous levons l'ancre en vitesse mais un autre bateau s'est pris dans notre mouillage. Nous essayons de nous dégager tout en nous éloignant le plus possible du quai. A un moment donné, nous décidons de relever les 2 mouillages pour pouvoir les décrocher. Les balcons des deux bateaux oscillent dangereusement à moins d'un mètre un de l'autre, tandis que mon père dans la baille à mouillage essaie de libérer le mouillage. 

Moi, au moteur j'essaie de tenir le bateau assez loin du quai et de l'autre voilier, mais à force de nous en rapprocher pour pouvoir décrocher les mouillages, les balcons finissent par se heurter. Je décide de descendre dans l'annexe pour pouvoir atteindre notre mouillage et nous libérer avant que la houle nous jette contre le quai. 
Les étraves des deux bateaux montent et descendent dangereusement au dessus de ma tête pendant que je démêle les mouillages dans l'annexe. Au bout de quelques jurons, j'arrive à dépêtrer tout ça et nous retournons au calme du mouillage de Vulcano . 
Bilan de l'opération : mon père, dans la baille à mouillage, s'est fait quelques contusions aux mains et aux jambes, et le balcon avant du bateau est déformé à tribord. 

Nous passons la journée du lendemain à redresser à peu près le balcon.

  Le 18 septembre à 10h nous partons pour Panaréa. (Voir vidéo 1.3M)


LES TRACES D'ULYSSE

Bien que présentée dans la mythologie, comme l'île d'Héphaïstos, elle n'est pas citée par les géographes comme faisant partie de l'Odyssée. Cependant Victor Bérard cite Stromboli, sa voisine, comme pouvant être l'île d'Éole.

Les petits bricolages de l'escale

    
  
Redressement du balcon avant en inox .
  

précédent

Retour carte générale

Suivant