Accueil Croisière KITHNOS

 
Le 8 mai à 16h 45 nous mouillons dans la baie de Loutra sur l'île de Kithnos en provenance d'Hydra.

En partant de Navplion le 3 mai, nous avons commencé par baigner nos leurres avec aussi peu de succès que d'habitude, puis nous avons admiré le long de la côte la succession de beaux mouillages entre Porto Héli et le cap Milianos, nous avons repéré entre Hermiony et Port Kapari quelques roches à fleur d'eau non signalées sur nos cartes, enfin nous avons mouillé une nuit à Hermiony, puis le lendemain, nous avons fait une seconde escale à Hydra.
En arrivant à Hydra, nous avons retrouvé nos amis d'Elixir. 
Nous sommes restés quelques jours avec eux, le temps d'essuyer un fort coup de vent de sud dans le port, et d'apprécier l'effet "Venturi" dû à la pente prononcée des collines entourant le port. 


Heureusement, malgré les rafales à 50 Nœuds le mouillage à tenu bon.

Lorsque nous quittons Hydra le 8 mai au matin, la pluie nous accompagne. Ce n'est qu'en arrivant à Kithnos que le ciel se dégage, nous permettant d'arriver au mouillage avec le soleil.
La baie de Loutra est magnifique. Nous mouillons dans le sud-est devant quelques vaches paissant paisiblement, quelques chèvres noires sautillant nerveusement, un petit âne gris ânonnant avec entêtement, et un coq cocufiant allégrement toutes les poules présentes, pour la plus grande joie de Coralie qui les défie tous, courageusement protégée par les filières et quelques mètres d'eau de mer... 
Le soir ne tarde pas à tomber sur ce tableau digne de Milet et son angélus.

La nuit, aux environs d'une heure, le vent se lève en fortes rafales. Bien que le mouillage soit bien abrité, je me méfie un peu. La présence de 2 autres bateaux dans ce mouillage exigu, m'a obligé à mouiller plus court que je ne l'aurai souhaité et je crains que l'ancre ne dérape. Je me lève et m'habille pour sortir évaluer  la situation, quand sous une rafale, une forte vibration sur le davier confirme mes craintes. L'ancre dérape !
Branle-bas ! Je mets le moteur en route pendant que Mireille cherche le projecteur. Nous n'avons pas beaucoup de temps les rochers sont proches.
Dehors il fait nuit noire. Pas de lune. La visibilité est nulle. Je ne vois ni la côte, pourtant à seulement quelques mètres, ni les bateaux voisins.
Heureusement, Mireille trouve rapidement le projecteur, ce qui nous permet de voir que nous sommes à moins de 2 mètres de l'autre bateau.

Il nous faut absolument lever l'ancre et aller mouiller à l'entrée de la baie où nous pourrons mettre suffisamment de longueur de chaîne. 
Nous remontons sur le mouillage sans aucune visibilité, uniquement éclairés par le projecteur, nous nous guidons sur les rochers en faisant route à quelques mètres d'eux pour rejoindre l'entrée de la baie.

Lorsque enfin nous   arrivons devant le village, les lumières nous permettent de nous positionner correctement et de remouiller dans de bonnes conditions. Le vent continue à souffler, mais à présent nous avons 40 mètres de chaîne et assez d'espace pour éviter. Nous nous recouchons et finissons la nuit l'esprit plus tranquille.

Le lendemain nous nous levons assez tôt pour profiter du lever du soleil, nous déjeunons tranquillement en admirant le paysage, puis,

  Le 9 mai à 8h 00 nous levons l'ancre et mettons le cap sur Syros. (voir vidéo.1.8Mo)

précédent

Retour carte générale

Suivant