Accueil Croisière GOUVIA, CORFOU

 
Le 7 Octobre à 12h, après une navigation relativement facile, nous accostons dans le port de Corfou.

Compte tenu de la faiblesse du vent, nous avons effectué toute notre traversée au moteur appuyé par la grand-voile. Cette navigation de demoiselle a cependant eu droit à son petit incident ... et sa bonne surprise .
L'après-midi du 6 octobre, pendant la traversée de l'Adriatique alors que nous avançons au moteur à 6,5 Nds par calme plat, la vitesse chute d'un coup à 4,5 Nds sans que le moteur ne baisse de régime.
Échaudé par les problèmes de notre étape précédente, je coupe le moteur et me précipite dans le compartiment moteur, pour évaluer les dégâts. 
A ma grande surprise, aucun problème. Les silentblocs sont bons, tout est en ordre . Un peu inquiet tout de même, je fais redémarrer le moteur, en accélérant petit à petit. Tout tourne bien, mais notre vitesse plafonne encore à 4,5 Nds ! 



Pêche miraculeuse

Si le problème ne vient pas de l'intérieur, c'est qu'il vient de l'extérieur. J'imagine alors que quelque chose a dû se prendre dans l'hélice. Nous arrêtons le bateau et mettons l'annexe à l'eau pour aller vérifier. 
Jean-Pierre s'installe dans l'annexe, et aperçoit une quantité énorme de polyamide de 4 mm sous la coque.
En fait nous avions accroché une masse de fil polyamide emmêlé de  plus de 1000 m !!! 
Heureusement les anodes fixées sur la coque ont écarté cette masse de l'hélice. Le ralentissement n'était dû qu'à la traînée.
Nous avons tout remonté sur le pont, et pendant le reste de la traversée, Guy, Jean-Pierre et Mireille se sont évertués à démêler et lover les 1000m de polyamide...
Mon travail personnel a consisté à admirer leur courage...

Deux heures plus tard, vers 18h le grelot des lignes de traîne sonne !!! branle-bas ! tout le monde s'affaire. C'est un thon au bout de la ligne. Le temps de le remonter sur le pont et la nuit tombe. la bête fait 70cm et environ 8 kg ! (voir vidéo 2.2M)
C'est notre second poisson  et le plus gros! (oui, je sais, pas de quoi être fier en 3 mois...) Nous mangerons du thon midi et soir pendant 6 jours.... Ouf ! du coup, pour varier les menus, nous espérons pécher la prochaine fois, un mouton ou un agneau, voire même un lapin.. (
oui, oui, j'ai bien dit un lapin ! désolé ! Pour les superstitieux, il suffira de croiser les doigts derrière le dos en crachant 3 fois sur l'écran, (le leur pas le mien), pour conjurer le mauvais sort, et surtout ne pas oublier de se laver les yeux avec du savon de Marseille et une brosse à dents)


Au petit matin du 7 octobre nous arrivons en vue de Corfou, à 5h nous passons l'île Fano, pour nous faufiler ensuite entre l'Albanie et Corfou. Le jour se levant nous découvrons sur le pont deux poissons volants qui sont venus s'y échouer, sans doute attirés par les lumières du bateau.
L'île est toujours magnifique, très boisée, des hautes montagnes, et des petits ports de pêche nichés dans de jolies petites criques. 

Malheureusement, à l'approche de la ville de Corfou, quelques blocs de béton commencent à défigurer la côte et augurent mal de l'avenir touristique . Mais nous n'allons pas bouder notre plaisir et apprécions cette arrivée en Grèce.
 

Baie de Gouvia.
On peut voir à droite de la photo, la petite chapelle au bout de la jetée qui en ferme l''entrée.
 

   
Le port de Corfou est tout petit, l'eau y est très sale, mais il présente l'avantage d'être bien protégé et situé très prés du centre ville. Nous y restons 4 jours, le temps de refaire les stocks, et de visiter cette ville à l'histoire chargée, puis, le 11 Octobre, nous levons l'ancre pour aller mouiller dans un endroit plus agréable à quelques miles au nord : la baie de Gouvia. ( voir vidéo 4.5 M)

Le mouillage dans la partie nord de la baie est magnifique, bien qu'un peu bruyant. Une chapelle au bout d'une jetée en terre battue de 50 m en délimite l'entrée. Tout autour, quelques maisons éparses nichées dans la verdure qui descend jusqu'à la plage. 
Au sud de la baie, une marina toujours en construction depuis des années transforme le paysage en no man's land peu attirant . Nous passerons la nuit dans la partie nord avec pour seul bémol, le bruit de circulation généré par la route qui passe au dessus des maisons.
Le lendemain, nous retournons à Corfou, où nous devons laisser nos amis qui rentrent en France.
L'hiver arrive, nous ne sommes plus que tous les trois sur le bateau. Plus personne ne viendra nous rejoindre pendant quelques mois.

  Le 14 Octobre à 9h nous levons l'ancre et mettons le cap sur Port Gaïos sur l'île de Paxos.
 

 
LES TRACES D'ULYSSE

Corfou, dans l'Odyssée est unanimement désignée comme l'ancienne Pheacie, l'île du roi Alkinoos.

Son palais était sur la côte ouest de l'île, là où Ulysse a été déposé par les flots.

Les petits bricolages de l'escale

  
  
Déplacement de l'unité centrale du pilote automatique au dessus du capot de descente, pour éviter les interférences magnétiques avec le pont en acier. (et enfin débaptiser Rantanplan)
  

précédent

Retour carte générale

Suivant