Accueil Croisière CANAL DE CORINTHE

 
Le départ du mouillage de Dobrena s'est effectué par calme plat et au moteur. Coralie dessine, tranquillement installée dans sa chaise spéciale accrochée à la table du carré. Le ronron du moteur qui d'habitude la fait dormir, n'a aujourd'hui aucun effet soporifique.

Après deux heures de cette navigation de demoiselle, nous arrivons à l'entrée ouest du canal. Nous sommes surpris par l'exiguïté du port.  Un chausse-pied est presque nécessaire pour y entrer. Les môles sont faits de vieilles pierres  fissurées, mais ça tient. Il faut dire que les cargos qui attendent leur tour pour passer le canal ne viennent pas dans le port, mais restent au large. Tant mieux...

A la VHF, dans un anglais encore plus approximatif que le mien, l'officier de port nous indique qu'il nous faut attendre au moins une heure avant de passer.  



 

Nous nous amarrons au môle, et descendons nous dégourdir les jambes. Mireille et Coralie en profitent pour cueillir une multitude de petites fleurs. 

Après une bonne heure de cueillette bucolique, on nous fait signe de passer, mais derrière les cargos... et sans traîner...
Le canal est à sens unique et alternatif. Le cargo qui nous précède en occupe toute la largeur. Comme son hélice provoque un remous important qui nous envoie sur bâbord et tribord, je suis obligé de le laisser prendre de l'avance afin de pouvoir manœuvrer le bateau correctement, au grand dam de l'officier de port qui par la VHF me demande d'accélérer. Cause toujours...

Le canal est impressionnant par son étroitesse ( 26 m ) et la hauteur de ses murailles ( 100m ). Sur le pont routier qui le surplombe, quelques touristes nous mitraillent pendant les quelques secondes que durent notre passage sous le pont... Sic transit gloria mundi.... 
vidéo du passage du canal dans le sens est-ouest
(2.20Mo)

A l'approche de la sortie, nous voyons au loin le cargo qui nous précède sortir du canal, puis quelque secondes plus tard,  nous voyons surgir une route et des voitures entre lui et nous ... Surprenant !!!
La route est immergée au fond du canal lorsque les bateaux passent (pas les voitures), et émerge pendant le temps nécessaire au changement de sens de circulation dans le canal. Comme nous avons pris beaucoup de retard sur le cargo, ils nous ont bloqué la sortie en levant la route. Heureusement, lorsque nous approchons, elle disparaît à nouveau. Nous nous amarrons dans le petit port coté mer Egée, et allons payer le passage à la capitainerie... Très cher... Encore heureux qu'ils aient mal lu la jauge. J'ai payé pour une jauge inférieure à 10 tonneaux alors que mon bateau en fait plus de 17. Sinon j'aurais payé le triple....
Et dire que ce sont les Français qui ont creusé ce canal. Même pas la reconnaissance du ventre...

Bon voilà, nous sommes en mer Égée. Nous venons de passer la première porte ( symbolique ) de l'Orient. Aucune langoureuse odalisque n'est là pour nous accueillir, la mer est toujours bleue, les arbres verts, et le soleil jaune. Pour le moment le changement n'est pas flagrant.  A la sortie du  canal  le paysage n'est pas terrible. Coté nord, des usines et des torchères. Coté Péloponnèse, un petit bois bien vert, puis la rocaille. 

  A 13h45, les formalités  étant terminées, nous larguons les amarres en direction de la petite île d'Aegine.
 

précédent

Retour carte générale

Suivant