Accueil Odyssée CORFOU, PALEOKASTRITA

  
Odyssée, chant 5:

Il vint ainsi, toujours nageant devant un fleuve aux belles eaux courantes....
... La plage était sans roche, abritée de tous vents.

... Tout compté le meilleur était d'aller au bois qui dominait le fleuve.
...quand nous dominerons la ville, tu verras la hauteur de son mur et la beauté des ports ouverts à ses deux flancs, et leurs passes étroites.


Pas facile d'identifier avec si peu de renseignements  le site de Paléokastrita.
Néanmoins, Corfou faisant l'unanimité pour être le pays des Phéaciens, il fallait y trouver un site pouvant correspondre à cette description sommaire.


Vue du site de Paléokastrita, avec à droite, le promontoire où se situe le monastère.


Angelkastro dominant le site de Paléokastrita

Le site est orienté au sud, on y trouve les plages, les roches et un palais ( en fait, un monastère trop récent pour être l'ancien palais d'Alkinoos), sur un promontoire dominant le site d'une cinquantaine de mètres.
Le "fleuve" est assez bien situé, à l'est et assez loin du palais, mais il n'en reste qu'un mince filet d'eau, où même les grenouilles ont du mal à mouiller leurs fesses.

Plus loin et plus haut à l'extrémité ouest, on trouve, dominant le site de Paléokastrita de plusieurs centaines de mètres, les ruines d'un château médiéval.
Bien que rien ni personne n'identifie ce lieu au palais d'Alkinoos, on ne peu s'empêcher d'y penser lorsque, de ce nid d'aigle on embrasse d'un regard la totalité des baies et caps de cette partie de la côte.

Étape précédente

Retour à la carte

Étape suivante